Domaine d'intervention
L’équipe pluridisciplinaire d’AST 25 propose différentes actions de prévention au service de ses adhérents dans des domaines spécifiques.

Dans tous les cas, contactez votre médecin du travail qui transmettra votre demande.

Mise en place d’une intervention ergonomique : présentation de la méthodologie d’intervention

OBJECTIFSA partir d’observations de terrain et de concertations avec les salariés, identifier les risques de troubles musculo-squelettiques (TMS) à un poste de travail ou dans un service, déterminer leurs origines et proposer des pistes d’améliorations à l’entreprise.
LA DEMANDE D’UNE INTERVENTION
Elle peut être initiée par le médecin du travail, l’employeur ou les instances représentatives du personnel (DP, CHSCT).Cependant, la demande d’intervention devra transiter par le médecin du travail de l’entreprise qui sollicitera lui-même le pôle prévention d’AST25.Les interventions en ergonomie sont généralement comprises dans la cotisation de l’adhérent à AST25.
LES ETAPES DE L’INTERVENTION
LA PREMIERE VISITE EN ENTREPRISE :Il s’agit de réunir les acteurs concernés par la situation à étudier (employeur, encadrement, responsable sécurité, représentants du personnel, médecin du travail, ergonome), et de procéder à une première observation du travail.Cette étape permet de préciser :

– la problématique et son contexte

– les objectifs

– la démarche proposée par l’ergonome.

LA PROPOSITION D’INTERVENTION :

A la suite de cette visite, si l’intervention requiert plusieurs phases d’observation et des concertations, une proposition écrite est adressée à l’employeur, ce document reprend les termes de la première visite et propose un planning prévisionnel.

LES OBSERVATIONS :

La démarche ergonomique est globale. L’ergonome observera l’activité de travail sur plusieurs heures, pourra utiliser une caméra ou un appareil photo et, au besoin, effectuera des mesures d’ambiances physiques (métrologies de bruit, d’éclairement, de température, de vibrations, etc.).

LES PHASES DE CONCERTATION : ENTRETIENS OU GROUPES DE TRAVAIL AVEC LES SALARIES :

La démarche ergonomique est participative. La mise en place d’une réflexion collective avec les personnes concernées par la situation permettra de partager et de réfléchir à partir du diagnostic ergonomique (mise en évidence des facteurs de risques) sur les pistes d’améliorations possibles.

Chaque intervention est spécifique à l’entreprise. La méthodologie est donc adaptée en fonction. Dans tous les cas, l’implication et la confiance de la direction de l’entreprise est essentielle pour la réussite de l’intervention.

RESTITUTION DE L’ETUDE :

Le diagnostic ergonomique ainsi que les recommandations sont présentés oralement à l’employeur et aux salariés par l’ergonome et le médecin du travail.

Un rapport écrit et sa version informatique sont remis à l’entreprise à l’issue de cette présentation.

QUESTIONNAIRE DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS :

Quelques semaines après la fin de l’intervention, un contact sera pris avec l’entreprise avec envoi d’un questionnaire nous permettant de savoir si nos conseils ont été suivis, si des projets sont encore en cours ou si l’entreprise a rencontré des difficultés pour suivre certaines de nos recommandations. Nous rappelons que le service de santé au travail s’inscrit dans une mission de conseil auprès des salariés et des employeurs.

Mise en place d’une intervention en toxicologie : présentation de la méthodologie d’intervention

OBJECTIFSA partir d’observations de terrain, d’analyse de documents et de concertations avec les salariés, identifier les risques liés aux expositions à des produits chimiques à un poste de travail ou dans un atelier, déterminer leurs origines et proposer des pistes d’améliorations à l’entreprise.
LA DEMANDE D’UNE INTERVENTION
Elle peut être initiée par le médecin du travail, l’employeur ou les instances représentatives du personnel (DP, CHSCT).Cependant, la demande d’intervention devra transiter par le médecin du travail de l’entreprise qui sollicitera lui-même le pôle prévention d’AST25.Les interventions en toxicologie sont comprises dans la cotisation de l’adhérent à AST25 et respectent les conditions de confidentialité.
LES ETAPES DE L’INTERVENTION
LA PREMIERE VISITE EN ENTREPRISE :Il s’agit de réunir les acteurs concernés par la situation à étudier (employeur, encadrement, responsable sécurité, représentants du personnel, médecin du travail, toxicologue), et de procéder à une première observation du travail.

Cette étape permet de préciser :

– la problématique et son contexte

– les objectifs

– la démarche proposée par le toxicologue.

LA PROPOSITION D’INTERVENTION :

A la suite de cette visite, si l’intervention requiert des documents spécifiques ou plusieurs phases d’observation et de concertation, une proposition écrite est adressée à l’employeur, ce document reprend les termes de la première visite et propose un planning prévisionnel.

LES OBSERVATIONS :

La démarche en toxicologie est globale. L’activité de travail pourra être observée durant plusieurs heures et pourra faire l’objet de photos (ou de films) et, au besoin, de mesures d’ambiances physiques (température, vitesse d’air, concentration en polluant, etc.).

LES PHASES DE CONCERTATION : ENTRETIENS OU GROUPES DE TRAVAIL AVEC LES SALARIES :

La démarche en toxicologie est participative. La mise en place d’une réflexion collective avec les personnes concernées par la situation permettra de partager et de réfléchir à partir du diagnostic initial (mise en évidence des facteurs de risques et des conditions d’exposition) sur les pistes d’améliorations possibles.

Chaque intervention est spécifique à l’entreprise. La méthodologie est donc adaptée en fonction. Dans tous les cas, l’implication et la confiance de la direction de l’entreprise est essentielle pour la réussite de l’intervention.

RESTITUTION DE L’ETUDE :

Le diagnostic ainsi que les recommandations sont présentés oralement à l’employeur et aux salariés par le toxicologue et le médecin du travail.

Un rapport écrit et sa version informatique sont remis à l’entreprise à l’issue de cette présentation.

QUESTIONNAIRE DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS :

Quelques semaines après la fin de l’intervention, un contact sera pris avec l’entreprise avec envoi d’un questionnaire nous permettant de savoir si nos conseils ont été suivis, si des projets sont encore en cours ou si l’entreprise a rencontré des difficultés pour suivre certaines de nos recommandations.

Mise en place d’une intervention en métrologie : présentation de la méthodologie d’intervention

OBJECTIFSÀ partir de mesurages et d’observations, identifier les risques liés aux expositions à des ambiances physiques à un poste de travail ou dans un atelier, déterminer leurs origines et proposer des pistes d’améliorations à l’entreprise.
LA DEMANDE D’UNE INTERVENTION
L’intervention peut être initiée par le médecin du travail, l’employeur ou les instances représentatives du personnel (DP, CHSCT).Cependant, la demande d’intervention devra transiter par le médecin du travail de l’entreprise qui sollicitera lui-même le pôle prévention d’AST25.Les interventions en métrologie sont comprises dans la cotisation de l’adhérent à AST25 et respectent les conditions de confidentialité.
LES ÉTAPES DE L’INTERVENTION
LA PREMIÈRE VISITE EN ENTREPRISE :Il s’agit de réunir les acteurs concernés par la situation à étudier (employeur, encadrement, responsable sécurité, représentants du personnel, médecin du travail, technicien en métrologie) et de procéder à une première observation du travail.

Cette étape permet de préciser :

– la problématique et son contexte

– les objectifs

– la démarche proposée par le technicien en métrologie.

LA PROPOSITION D’INTERVENTION

À la suite de cette visite, si l’intervention requiert des documents spécifiques ou plusieurs phases de mesurages, d’observation et de concertation, une proposition écrite est adressée à l’employeur ; ce document reprend les termes de la première visite et propose un planning prévisionnel.

LES OBSERVATIONS ET LES MESURAGES

La démarche métrologique est globale. Au cours de l’intervention, différents types de mesurages d’ambiance physique peuvent être effectués (bruit, vibrations, éclairement, température, hygrométrie, vitesse de l’air, dynamométries, cardiofréquencemétries etc). Pratiqués lors d’une période d’activité représentative, ils sont accompagnés d’une observation de l’activité et, si besoin, de prises de photos.

Les matériels de métrologie d’AST 25 sont homologués. Ils sont régulièrement calibrés (en interne) et étalonnés (en externe).

LES PHASES DE CONCERTATION : ENTRETIENS AVEC LES SALARIÉS

La mise en place d’une réflexion collective impliquant les personnes concernées par le risque identifié permettra d’échanger et de réfléchir à partir des mesurages effectués (mise en évidence des facteurs de risques et des conditions d’exposition) aux pistes d’améliorations possibles.

Chaque intervention est spécifique à l’entreprise. La méthodologie est donc adaptée en fonction des besoins de chacune. Dans tous les cas, l’implication et la confiance de la direction de l’entreprise est essentielle pour la réussite de l’intervention.

RESTITUTION DE L’ÉTUDE

Les mesurages, le diagnostic ainsi que les recommandations sont présentés oralement à l’employeur et aux salariés par le technicien en métrologie et le médecin du travail.

Un rapport écrit et (le cas échéant) sa version informatique sont remis à l’entreprise à l’issue de cette présentation.

Une action de sensibilisation auprès des salariés concernés peut également être proposée à l’issue de cette intervention.

QUESTIONNAIRE DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS

Quelques mois après la fin de l’intervention, un contact sera pris avec l’entreprise avec envoi d’un questionnaire nous permettant de savoir si nos conseils ont été suivis, si des projets sont encore en cours ou si l’entreprise a rencontré des difficultés pour suivre certaines de nos recommandations. Nous rappelons que le service de santé au travail s’inscrit dans une mission de conseil auprès des salariés et des employeurs.

OBJECTIFS Sensibiliser les salariés et/ou les employeurs à la compréhension des risques psychosociaux :

 Partager une définition commune

 Apporter des connaissances sur les risques pour la santé et sur les facteurs d’apparition des troubles psychosociaux

 Echanger sur la mise en oeuvre d’une démarche de prévention de ces risques

 Transmettre des conseils de prévention à destination de l’encadrement.

PARTICIPANTS
Ces actions de sensibilisation sont réservées aux adhérents d’AST 25 : employeur, instances représentatives du personnel, préventeurs, encadrement…
SOMMAIRE DE LA PRESENTATION
  1. S’entendre sur les risques psychosociaux

Définitions

Démêler les différentes notions

Les obligations légales

  1. Connaître les conséquences sur la santé et pour l’entreprise
  2. Repérer et comprendre les situations-problèmes

Les facteurs de risque

Les indicateurs d’alerte

  1. S’engager dans une démarche de prévention
SUPPORT PEDAGOGIQUE
Vidéo projection d’un diaporama.A la fin de cette action de sensibilisation, le diaporama présenté pourra être remis à l’entreprise.
DUREE
1 à 2 heure(s)
LIEU
Dans votre entreprise ou dans les locaux d’AST25
TAILLE DES GROUPES
5 à 12 personnes par groupe
INTERVENANTS
Psychologue du travail d’AST25 et/ou médecin du travail
CONTACT
Adressez vous à votre médecin du travai
OBJECTIFSAccompagner l’employeur d’une entreprise de moins de 50 salariés dans l’évaluation des risques de son entreprise et dans la mise en place de son plan d’action de prévention.
QU’EST-CE QUE LE DOCUMENT UNIQUE D’EVALUATION DES RISQUES ?
L’établissement d’un Document Unique d’Évaluation des Risques (DUER) est une obligation règlementaire pour toute entreprise (art. R4121-1 du code du travail), depuis novembre 2001 (décret 2001-1016). La rédaction de ce document relève de la responsabilité de chaque employeur et il n’existe pas de modèle type de présentation imposé par la législation. Toutefois, le service de santé au travail AST25 peut aider et outiller un employeur dans sa démarche d’évaluation des risques, en lui proposant une méthode initiée et validée par les services de la Direction du Travail (DIRECCTE Franche Comté) et de la Sécurité Sociale (CARSAT Bourgogne-Franche Comté).
LA DEMANDE D’UNE INTERVENTION
Elle peut être initiée par le médecin du travail, l’employeur ou les instances représentatives du personnel.Cependant, la demande d’intervention devra transiter par le médecin du travail de l’entreprise qui sollicitera lui-même le pôle prévention d’AST25.Cet accompagnement est compris dans la cotisation de l’adhérent à AST25.
LES ETAPES DE L’INTERVENTION
Préparation de la démarche :- Présentation du cadre règlementaire du document unique, de ses enjeux, de la démarche proposée en 5 étapes.- Recensement des documents et indicateurs utiles pour la réalisation du DUER.

– Présentation du « pack DUER AST25 » comprenant un diaporama, un fichier Excel et une fiche synthétique des 7 familles de risques.

Les observations sur site:

Une rapide visite de l’entreprise permettra d’initier la démarche à travers quelques exemples concrets : identification du danger, du risque, de sa gravité, actions de prévention possibles face à ce risque.

La remise des outils du « pack DUER AST25 » sous format informatique se fera à l’issue de cette visite.

L’employeur pourra solliciter d’autres conseils techniques selon ses besoins durant cette phase d’élaboration ou lors de la mise à jour annuelle de son document.

CONTACT
Adressez vous à votre médecin du travail