Dossiers thématiques

Ces dossiers, rédigés par l’équipe pluridisciplinaire du service, sont destinés à informer les salariés et les employeurs sur des sujets propres à la prévention des risques et à la santé au travail.
Ils pourront vous aider dans vos démarches d’évaluation des risques et pour la mise en œuvre de vos actions de prévention.

Horaires atypiques

Travail de nuit et travail posté

Le travail de nuit et le travail posté sont des horaires dits « atypiques » et qui peuvent, de par leurs spécificités, engendrer des risques pour la santé.

On qualifie d’« horaires atypiques » tous les aménagements du temps de travail qui ne sont pas « standards ».

 SEMAINE STANDARDSEMAINE ATYPIQUE
Les horairesEntre 7h et 20hDe 21 h à 6 h (Définition juridique du travail de nuit)
Les jours travaillés5 jours : du lundi au vendrediNombre variable : samedi, dimanche ou les jours
fériés
L’amplitude de la journée8hEn-deçà de 5 h ou au-delà de 8 h
La structure de la journéeDurée continue avec une pause déjeuner (entre 12h et 14h)Temps morcelé, fragmenté par des « coupures » de durées variables
Le rythme du temps de travail5j. travaillés et 2j. de repos consécutifs en fin de semaineRégulier cyclique (3 x 8, 2 x 12) ou irrégulier

Un rapport récemment publié par l’ANSES a mis en évidence que les horaires « atypiques » ont des effets avérés sur

  • La qualité du sommeil et le risque de somnolence
  • La santé psychique et la cognition
  • La santé physiologique (Prise de poids/obésité, le diabète de type 2,…)
  • La grossesse (complication potentielles pour les femmes enceintes)

C’est la dette de sommeil, qui provoque :

  • Fatigue nerveuse et musculaire
  • Baisse de la vigilance
  • Rétrécissement du champ visuel (moins bonne vision sur les côtés)
  • Augmentation de la somnolence.

24 heures sans sommeil ont le même effet que 1g d’alcool dans le sang !

Réglementation

Le travail de nuit et le travail posté font l’objet d’une réglementation spécifique.

Celle-ci dispose notamment que le recours au travail de nuit doit être exceptionnel. Il doit prendre en compte les impératifs de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs et être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale (article L. 3122-1 du Code du travail).

Pour aller plus loin

Afin d’obtenir davantage de conseils, n’hésitez pas à solliciter le médecin du travail .

AST 25 peut intervenir dans votre entreprise pour conseiller l’employeur et les salariés